183 personnages d'une splendide collection

Message d'état

OK
PICTO_22
les plâtres de Penninghen
Le chiffre

183 ! C'est le nombre de plâtres d'étude qui, depuis 1890, année où Rodolphe Julian ouvre des ateliers de peinture et de sculpture au 31 rue du Dragon, inspirent et forment la main des étudiants qui se sont succédés devant eux. Cette splendide collection offre une véritable plongée dans l'histoire de l'art.

À leur contact régulier et assidu tout au long de leur enseignement, chacun se découvre des affinités insoupçonnées avec des sculpteurs d'autres époques. L’étude des plâtres s’inscrit dans l’enseignement basé sur la tradition académique qui suit des règles très strictes et permet à l’élève d’évaluer les aplombs, les proportions, découvrir la perspective, étudier le cadrage, la lumière, les contrastes, apprendre à choisir un point de vue, autant de qualités qui s'acquièrent par la pratique assidue et régulière de l'observation de ces plâtres et qui enrichissent et aiguisent l'œil et la main. 

 

Quand Brutus, Machiavel ou Zeus renaissent en école d’art et création

Du délicat tireur d’épine à l'impressionnant Zeus, du monumental Zacharie de Claus Sluter à la douce Eléonore d’Aragon de Francesco Laurana, de la cohorte des plâtres royaux médiévaux aux détails des bas-reliefs, de la dramatique captive de Carpeaux qui côtoie le viril gaulois de François Rude issu du haut-relief La marseillaise de l'arc de Triomphe, tous sont époussetés, parfois nettoyés et quand il le faut, blanchis. Les “ingrats”, comme le masque de nuit, ont également leur place, utiles car souvent difficiles à saisir. Et dans ce formidable vivier, deux épannelés, un Brutus et un Machiavel, réalisés il y a environ 50 ans par le sculpteur Roland Guillaumel, Prix de Rome, enseignant plus de quarante années à l’école, continuent d’aider les étudiants à comprendre comment aborder un dessin de plâtre, à construire des grandes surfaces avant de faire des détails. 

 

En attendant d’être les élus

Pieds, torse, mains, chapiteaux… de toutes tailles, de tous poids, certains aux lignes gracieuses, d’autres aux angles ingrats, les plâtres de Penninghen, à l’abris dans les placards des ateliers, ou suspendus protégés dans leur papier cristal, veillent en attendant d'être “élus” le temps de la séance qui leur sera consacrée, intemporels et majestueux sur leur sellette. 


En savoir plus
sur l’Histoire de Penninghen

Découvrir la première année d’enseignement à Penninghen et ses disciplines fondamentales

Merci aux enseignants Sabine Forget d'Alembert, Francis Buchet, Christine Duchier-Lapeyre, Armel Gaulme, Olivier de Lajarte et François Supiot, à Alain Roulot, ancien directeur, de 1988 à 2015, et à Fernando Martens Quental, en charge de la conservation des plâtres, pour leur précieuse contribution.

Les plâtres de Penninghen 

Les plâtres de Penninghen

 

Les plâtres de Penninghen
Les plâtres de Penninghen

Retour aux actualités

Téléchargez notre documentation